Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 13:23

L06.jpgEt soudain tout change

Gilles Legardinier

éditions Fleuve Noir

2013

 

Que s'est-il passé chez les auteurs français? Avant,la littérature française était certes nombriliste, prétentieuse et souvent ennuyeuse, mais restait cynique et joyeusement amorale. Et puis il y a eu Barbery et son Elegance du hérisson, il y a eu Gavalda et le fakir chez Ikéa, il y a eu Deghelt et Legardinier... A croire que la génération qui pleurait devant La petite maison dans la prairie et qui s'est émue devant Amélie Poulain a décidé de nous bombarder de bons sentiments jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Je savais certes en lisant Et soudain tout change que j'allais avoir droit à une bonne dose de guimauve. Après tout, j'ai lu Demain j'arrête du même auteur et je connais le potentiel lacrymal de Legardinier. Mais j'avais plutôt apprécié Demain j'arrête et l'humour gentil qui s'en dégageait. Rien de tel pour Et soudain tout change qui n'est plus de la guimauve mais carrément du sucre en intraveineuse.

L'histoire c'est celle de la narratrice, Camille, qui est trop contente de retrouver toute sa bande dans la même classe de terminale. Il y a Léo, Manon, Pauline, Inès, etc. et, surtout, Axel, sur qui elle craque grave. L'ennui c'est que sa besta Léa craque aussi sur Axel, du coup elles ont décidé de ne rien tenter avec lui. C'est beau (et, au demeurant, totalement irréaliste). Mais, comme le titre l'indique, tout change brutalement. Léa découvre qu'elle est atteinte d'une maladie rare du coeur et qu'elle n'a plus que quelques mois à vivre. Aussitôt, tous ses amis l'entourent pour l'aider à vivre au mieux ses derniers instants.

N'en jetez plus. En un seul livre, par un admirable tour de force, Gilles Legardinier a réussi à réunir tous les clichés possibles et inimaginables. Il y a les gentils ados un peu tapageurs mais avec un bon fond quand même ; le méchant ado qui ne se soucie que de lui-même et qui n'a aucune pitié pour sa petite camarade en train de crever, mais qui sera puni en étant mis à poil au milieu du lycée (hi hi) ; le méchant vieux nazi voleur et grossier qui sera lui aussi puni (des croix gammés sur sa voiture, hi hi) ; la gentille tante compréhensive, le prof à la Robin Williams dans Le cercle des poètes disparus qui aime et comprend tous ses élèves... Ajoutons à cela l'histoire de l'ado qui ne veut pas que ses parents divorcent et qui est prête à tout pour qu'ils ne vendent pas leur maison parce que merde vous êtes trop égoïstes d'abord. Et les parents qui au lieu de lui foutre une baffe décident que, oh oui alors, cette grue a raison, continuons à être malheureux ensemble. Il y a aussi la mourante qui découvre le sens de la vie en lisant les philosophes, ce qui donne lieu à des maximes tirées tout droit des biscuits chinois, et la meilleure amie qui se dévoue pour sacrifier son bonheur avant de découvrir que, oh mais non, tout s'arrange finalement. Je continue ou ça vous va ?

Je n'ai rien contre Gilles Legardinier hein. Ce n'est pas un mauvais auteur en soi et, quand il veut être drôle, il y parvient admirablement (le portrait du petit frère de la narratrice est par exemple une grande réussite) Mais on peut, sans être une méchante sorcière cynique qui découpe des chatons dans une cave, aspirer à un récit qui ne soit pas dégoulinant, manichéen et ne verse pas dans la comédie dramatique hollywoodienne au rabais (le premier chapitre fait clairement penser à l'intro d'un film, j'ai même guetté le moment du générique). Contrairement à Demain j'arrête, tout est factice dans Et soudain tout change depuis les personnages jusqu'aux situations et, de fait, ne suscite aucune émotion si ce n'est de temps en temps un vague sourire. Rien à tirer donc de ce naufrage si ce n'est ma conviction personnelle, n'en déplaise à l'auteur, que de temps en temps un peu de cynisme ne fait pas de mal et que les bons sentiments à la louche sont une plaie pour l'humanité et, accessoirement, pour la littérature.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Misc 29/10/2013 23:59

Alors pour un coup je ne suis pas d'accord! J'ai tenté "Demain j’arrête" et je ne suis pas arrivée au bout. Cette greluche caricature de célibataire a la Bridget Jones, qui fait des
bourdes-mignonnes ( acceptables pour une comédie sentimentale ), qui n'a pas de cervelle et se rend complètement dingue d'un mec sans raison apparente, au point de ne rien faire ni penser en dehors
de "trop cute hihi *want*"... J'ai bazardé en plein milieu... Et celui-ci me parait de la même veine.
La critique est un vrai plaisir, cependant, comme toujours. :)

beux 30/10/2013 10:40



Ah ah! je peux comprendre votre répulsion pour "Demain j'arrête" qui est effectivement plus un scénario de comédie sentimentale qu'un vrai roman. J'avoue que pour ma part, j'ai toujours eu un
faible pour ce genre de films ce qui explique peut-être ma grande mansuétude vis-à-vis du livre que j'avais trouvé plutôt drôle mais qui peut effectivement en rebuter beaucoup. Quant à "Et
soudain tout change", effectivement, non n'essayez même pas de lire alors^^



Laurène 17/10/2013 17:31

Je ne pense pas que je lirai ce livre mais au moins, ta critique m'a bien fait rire, c'est déjà ça de pris :)

beux 22/10/2013 16:40



Bon ça compense un peu tout l'ennui que j'ai ressenti en le lisant alors