Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 10:07

L02.jpgNiak

Carl Hiaasen

éditions Gallimard Jeunesse

2012

 

On reste dans les livres pour la jeunesse si vous voulez bien, mais on abaisse la tranche d'âge avec un livre plus pour les 10-12 ans, Niak, un roman écrit par le joyeux Carl Hiaasen, auteur entre autres du célèbre Chouette.

Depuis que le père de Whaoo, Mickey Cray, dresseur dans les Everglades s'est pris un iguane gelé sur la tête, il souffre de terribles maux de tête et ne peut accepter aucun contrat. La situation financière devient vite intolérable d'autant plus que la famille a toute une ménagerie à nourrir : des tortues paresseuses, des serpents affamés et le gentil alligator Alice, capable quand même de vous arracher la tête lorsqu'il a faim. Mais une chance unique se présente, un contrat que Mickey ne peut refuser : Derek Blair, le héros de la télé-réalité Expédition survie, l'engage lui et ses animaux pour une émission située dans la région. Théoriquement, il s'agit juste de prêter quelques bêtes pour simuler des situations de survie. Le problème c'est que Derek Blair, qui n'a d'aventurier que de nom, est à la fois irrespectueux et totalement inconscient, un mélange qui risque de lui attirer des problèmes et qui va donner à Whaoo et à son père bien des sueurs froides...

Gentille fable écologique, Niak est assez drôle car il démonte joyeusement une télé-réalité aseptisée et caricature aussi bien les producteurs obnubilés par l'audimat et le financement que l'animateur vedette, Derek Blair, sans conteste le personnage le plus amusant du livre. Il y a également une volonté de sensibiliser à l'environnement mais sans jamais tomber dans la leçon de morale et sans jamais verser dans une conception primaire d'une nature bienveillante et d'un homme hostile : dans Niak, les animaux ne sont pas de gentilles boules de poils ou d'écailles inoffensives mais sont des êtres qu'il s'agit avant tout de comprendre sous peine de se retrouver avec un pouce arraché ou dévoré tout cru. Enfin, les aventures se multiplient sans temps mort, de façon réjouissante, l'aspect didactique de l'histoire ne prenant jamais le pas sur l'intrigue principale. Au final, la seule chose que je trouve presque de trop dans la récit, c'est le personnage féminin, Anguille, l'amie de Whaoo, et son père alcoolique. Ces deux protagonistes apparaissent comme des cheveux sur la soupe en cours d'histoire et ne présentent guère d'intérêt si ce n'est de permettre une histoire sentimentale enfantine et de pimenter un peu le final de Niak. A mettre quand même entre les mains de jeunes lecteurs qui ne risquent guère de s'ennuyer avec toute cette ménagerie.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires