Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 13:12

L01.jpgDossier 64

Jussi Adler Olsen

éditions Albin Michel

2010

 

Après Miséricorde, Profanation et Délivrance, notre inspecteur danois préféré, l'inspecteur Morck, rempile pour une quatrième aventure avec son duo de choc, l'insaisissable Assad et la schizophrène Rose. Cette fois le département V, le département spécialisé dans les "cold cases" enquête sur une série de disparitions ayant eu lieu dans les années 80. Presque toutes ces disparitions semblent plus ou moins liées à un groupe politique d'extrême-droite et à son leader, Curt Wad, actuellement âgé de 98 ans...

Comme toujours dans les romans de Adler Olsen, le début est un peu difficile, l'action longue à se mettre en place et le lecteur se demande, une fois de plus, s'il arrivera à rentrer dans l'enquête. Et, comme d'habitude, quelques pages plus tard, nous nous laissons emporter par une histoire qui tient avant tout à ses personnages. Inutiles de revenir sur les héros réccurents, Morck, Rose ou Assad qui sont, comme à leur habitude, excellents. Intéressons-nous plutôt aux héros secondaires, Nette Rosen ou Curt Wad : a priori, l'une est clairement la victime (Nette) tandis que l'autre apparaît comme le bourreau (Curt). Mais, tout au long de la narration, les cartes se brouillent et la "victime" apparaît de moins en moins angélique tandis que l'autre tend à devenir un vieillard usé et fatigué, troublé par la mort imminente de sa femme. Ainsi, si l'ouvrage reste quand même relativement manichéen (le personnage de Curt reste affreux), l'auteur prend un malin plaisir à brouiller les cartes, et par le jeu de la narration alternée (flash-backs et action qui se déplace d'un personnage à un autre) à nous faire voir le monde à travers les yeux des différents protagonistes. Le point faible de notre romancier, c'est une intrigue un peu simple, avec des artifices assez grossiers et un dénouement relativement prévisible. Son point fort en revanche c'est un savant mélange d'humour noir et d'horreur, de cynisme et de bienveillance, à l'image de son héros partagé entre sa conscience professionnelle et un quotidien qui n'est pas de tout repos. Bref, Dossier 64 est un polar qui arrive à faire rire tout en suscitant un léger malaise et ça, ce n'est pas donné à n'importe quel livre....

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Polar
commenter cet article

commentaires