Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 11:26

                          Révélations
Stephenie Meyer
 éditions Hachette Jeunesse



Non ce n'est pas une illusion! Je suis de retour, et cette fois pour de bon! Y a encore quelqu'un? Pitié ne soyez pas tous partis! J'ai eu des problèmes plus longs que prévu avec un ordinateur qui finalement n'est jamais revenu... Mais cette fois ça y est j'ai un nouvel ordinateur, et du coup plein de notes d'avance, de quoi vous assommer pour un petit moment...
Reprenons donc le cours normal des événements.

C'est toujours très délicat de choisir un lapin pour illustrer un article. Et encore plus quand il s'agit d'un article sur Stephenie Meyer.
Et bien oui! J'ai été faible, encore, et j'ai décidé d'achever la saga de Twilight avec son ultime volume Révélation. Moi aussi après tout j'ai le droit de quitter le style pamphlétaire de Cyrano de Bergera ou le roman picaresque pour une oeuvre plus légère. Foin des analyses littéraires ou des études psychologiques sur  les personnages, redécouvrons la description de l'amour dans son expression la plus dégoulinante, celle qui vous donne irrémédiablement envie de vomir ou de rire selon votre humeur, sauf si évidemment vos hormones vous travaillent, auquel cas je compatis.

Bref, reprenons l'histoire là où nous l'avons laissé. Bella, notre héroïne, toujours raide dingue d'Edward, parvient à convaincre son bellâtre de vampire de la transformer à son tour afin qu'ils puissent jouir ensemble de l'éternité. L'autre capitule, mais à une condition: Bella devra l'épouser au préalable. Les voilà donc unis pour le meilleur et pour le pire et ils consomment gaiement ce mariage à grands renforts d'oreillers crevés et de têtes de lits fracassées. (je sens que ce genre de détail va ravir les scénaristes de l'adaptation cinématographique) Mais un petit souci vient gâcher la lune de miel: Bella, encore humaine, se retrouve enceinte d'un bébé vampire qui se révèle plutôt néfaste pour sa santé et met son existence en péril...
Tout! Vous saurez tout sur la sexualité des vampires dans cet ultime épisode qui, au demeurant, n'est ni pire, ni meilleur que les autres. L'action est efficace, le suspens bon et le style comme je l'ai déjà dit, est tout à fait correct. L'originalité du récit tient aussi au fait que la grossesse de Bella est narrée par Jacob, son meilleur ami. L'intrigue tient la route et traîne moins en longueur que dans Tentation par exemple. Meyer avec application s'essaie à la création d'une mythologie vampiresque et son monde, à défaut d'être détaillé, reste crédible.
Alors me direz-vous, que reprocher à ce roman? J'ai parlé dans une précédente note de l'évolution des personnages de Harry Potter. Là, le personnage de Bella n'évolue pas d'un iota: elle se marie, elle a un enfant, devient vampire, mais, rien à faire, c'est toujours la même gourde du premier volume amoureuse de son vampire. Plus grave, Stephenie Meyer semble se désintéresser d'un certain nombre de débats abordés dans les trois premiers volumes et qui auraient pu faire gagner de la profondeur au récit.  Le triangle amoureux de Jacob/Bella/Edward se dénoue d'une façon proprement bâclée: ça aurait fait tache je présume de laisser Jacob amoureux de Bella et, de ce fait, malheureux. Idem sur la question de ce que Bella perd en devenant vampire. L'héroïne se transforme aussi facilement que si elle subissait une vague opération de chirurgie esthétique et n'a absolument aucun état d'âme. Tout se passe comme si l'auteur était terrifiée à l'idée de faire obstacle d'une quelconque manière à l'amour et au bonheur de ses têtes d'affiche. Chez Meyer, les ennemis ce sont les autres vampires, les humains qui peuvent découvrir le secret du couple, ou des événements extérieurs. Le conflit n'est jamais interne.
Alors oui, c'est efficace. Au fond, c'est tout ce qu'on demande je suppose à ce roman: amour et fantastique sans réflexions métaphysiques. Révélation est à l'image de ces beaux vampires qui déambulent le long des pages. C'est creux, mais c'est agréable. 

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Pascal le Yukka 17/10/2009 09:24


C'est exactement cela ! L'aversion initiale du lecteur s'amenuise petit à petit, on finit par plaindre Humbert Humbert, en oubliant presque ce qu'il fait subir à Dolorés. D'ailleurs toutes les
paroles et actions de l'enfant sont décrites à travers le prisme du pervers, ce qui la laisse apparaitre comme un bourreau davantage qu'une victime (caprices, fugue...). Nabokov a réussi un très
horriblement bel exercice littéraire, ce qui lui a d'ailleurs valu des ennuis, l'amalgame étant vite fait entre l'auteur et le narrateur. Remarquable travail de traduction en plus (E.H. Kahane),
qui retranscrit bien l'atmosphère du livre.


Pascal le Yukka 16/10/2009 22:00


Chwet, des nouvelles notes ! On désespérait d'attendre !
Bon, sans surprise, Stéphanie Meyer ne t'as pas séduite. Mais je suis certain que tu as lu d'autres livres bien plus épatant durant cette trop longue période de convalescence numérique ! Dans la
série des chefs d'oeuvre littéraire, "Lolita" de Nabokov m' laissé à bout de souffle. Pour le coup, il n'est pas question de pruderie, loin de là.
Merci ! Re bienvenue chez toi !


beux 17/10/2009 08:59


Ah "Lolita" j'avais vraiment beaucoup aimé moi aussi! Nous avions eu un débat assez animé avec un ami à l'époque qui soutenait que la réelle victime de l'histoire était le narrateur et non pas
Lolita. Pour moi, il s'agit bien d'un artifice littéraire: l'auteur en faisant parler Humbert Humbert adopte entièrement son point de vue et parvient (presque) à nous faire ressentir de la
sympathie pour lui, nous faisant oublier que le narrateur est un pervers. Il faut dire que c'est magnifiquement écrit et, tu le soulignes, sans aucune pruderie.
Si tu as aimé "Lolita" tu devrais lire aussi "Ada" du même auteur. Je l'avais lu tout de de suite après et j'avais même préféré! Pareil, le thème est assez glauque (inceste) mais le style est si
magnifique qu'il transfigure si j'ose dire le sujet...


luxsword 15/10/2009 22:17


Ma foi, tant qu'ils se marient, la morale est sauve. ^^
Welcome back !


beux 16/10/2009 08:53


Ah oui ça si j'ai bien compris, l'auteur est assez puritaine...


Oyà la Guêpe 15/10/2009 21:05


Mais si, on est toujours là !
Bon vu ta description, ça m'a l'air parfait pour finir ma grippe ça... Ca devrait occuper mon dernier neurone valide !


beux 16/10/2009 08:54


Je confirme: ça ne demande aucune réflexion particulière...

Bon rétablissement!