Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 18:08

L01.jpgLa lignée

Guillermo del Toro/ Chuck Hogan

Editions Pocket

 

Enfin de VRAIS vampires ! Pas de ces gentilles petites choses en proie à des luttes existentielles (personne ne leur a dit que ça servait à rien puisqu’ils étaient morts ?) mais de bonnes vieilles créatures bien malfaisantes dans un roman fantastique à faire froid dans le dos.

Un jour de septembre 2010, un Boeing 777 en provenance de Berlin atterrit normalement à New York. C’est après l’atterrissage que les choses se gâtent : l’appareil tombe en panne et le pilote ne répond plus à la tour de contrôle. Une équipe de secours retrouve tous les passagers de l’appareil morts à bord, à l’exception de quatre rescapés qui n’ont aucun souvenir de ce qui leur est arrivé. Quant à la cause des décès, elle reste totalement incompréhensible. Mais c’est à la nuit tombée que les choses se gâtent, quand les quelques deux cent corps des victimes disparaissent des morgues de la ville. Bientôt, Ephraïm Goodweather, l’épidémiologiste en charge de l’affaire, se rend à l’évidence ; il doit faire face à une pandémie d’un genre inhabituel : les vampires ont commencé à coloniser New York et, si on ne les arrête pas, ils auront bientôt décimé la ville entière…

Amateurs d’Anne Rice ou groupies d’Edward, passez votre chemin. Ces vampires-là ne sont pas pour vous. Ils sont malfaisants certes, mais, de plus, ils n’ont absolument rien de sensuel. Êtres très proches des zombies, ils sont plutôt laids, incapables de s’exprimer autrement que par des borborygmes, asexués (ils perdent leurs organes génitaux au moment de la transformation) et défèquent quand ils se nourrissent. Rien de très glamour donc. Grouillant de vers, ces vampires sont d’ailleurs comparés par les auteurs à des rats ou encore à des cancers parasitant leurs hôtes. De quoi refroidir les ardeurs vampiriques des plus tordu(e)s d’entre nous.

Ceci dit, en toute sincérité, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu de romans fantastiques et celui-ci m’a bien angoissée. Dans une ambiance quasi-apocalyptique, nous assistons impuissants à un désastre annoncé. Les auteurs dosent avec habileté le côté scientifique (analyses médicales, mise en place de quarantaines, descriptions cliniques des vampires) et le côté surnaturel (l’être maléfique présent depuis des millénaires, pieux en argent et légendes oubliées) et créent de ce fait un univers qui nous est familier pour mieux le faire voler en éclats. Le seul bémol de cette histoire, c’est encore une fois la touche « sentimentale » avec le personnage de Ephraïm qui, au milieu de difficultés plus urgentes, parvient tout de même à se lamenter sur son statut de père divorcé. Réaction du lecteur ? On s’en fout, va donc décapiter du vampire au lieu de te demander pourquoi ton mariage a échoué ! Pour le reste, c’est une réussite : une intrigue efficace menée à la façon d’un compte à rebours et un bon suspens. De quoi provoquer quelques cauchemars en attendant de pouvoir lire la suite, sortie il y a à peine un mois…

 

Et en bonus, quelques titres qui m’ont fait penser à ce roman (à voir, ce bonus deviendra peut-être récurrent dans le blog)

Salem de Stephen King

Le Fléau de Stephen King

Je suis une légende de Richard Matheson

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Fantastique
commenter cet article

commentaires

elodie 26/10/2010 18:16


ouééé je veux le lire!
J'ai bien aimé "Je suis une légende" autant en livre qu'en film (il était bien récréatif et Will Smith est agréable à regarder)


beux 31/10/2010 12:54



Bon si tu le lis, j'espère que tu aimeras! Je suis allée voir un peu les commentaires des internautes et c'est amusant comme les opinions sur La lignée sont tranchées: soit on aime soit
on déteste! Si tu le lis, tu me diras...


Ps: je suis tout à fait d'accord pour Will Smith...



Ken Parking 26/10/2010 11:13


C'est donc avec soulagement que je vois les luttes terrasser le doute, ce qui est assez salutaire en cette période ;)


beux 31/10/2010 12:53







Ken Parka 25/10/2010 20:38


euh... doute au féminin? Même pluriel j'ai comme un doute... Sinon loin des vampires de Rice, y a ceux façon série noire de Behm dans la vierge de glace. Je dois dire que l'article ne me convainc
pas dans la mesure où des motivations de simili-zombies ne me semblent pas de nature très littéraire...


beux 25/10/2010 21:06



Pour le coup, il ne s'agit pas d'une faute d'orthographe mais au dernier moment d'un mot remplacé par un autre avec l'oubli de l'accord. Du coup j'ai remis mon mot inital non mais!


Je ne me vexerais pas si tu ne trouves pas l'article convaincant; je n'ai pas toujours besoin de motivations littéraires pour aimer un livre! C'est comme la nourriture, on n'a pas forcément
toujours envie de gastronomie raffinée. Ceci dit, d'un point de vue "littéraire" le roman se défend; il est bien construit, écrit sans recherches mais avec un bon suspens. Bref, il se laisse
lire...