Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 08:05

L05.jpgLa cabane de l'aiguilleur

Robert Charles Wilson

éditions Folio

(1986)

 

Travis Fisher, un adolescent qui vient de perdre sa mère, est recueilli par sa tante Liza Burack et son mari Creath, à Haute Montagne, une petite ville des Etats-Unis. C'est l'époque de la Grande Dépression et la faim et la pauvreté commencent tout doucement à s'installer dans le pays, faisant souffler sur Haute Montagne un vent de panique et de méfiance vis-à-vis des vagabonds et des étrangers. Travis, lui-même considéré d'un sale oeil à cause du passé sulfureux de sa mère, fait d'abord tout pour rentrer dans le rang et plaire à une tante bigote et un oncle mauvais: il travaille à la fabrique de glace locale, sort avec Nancy Wilcox, une jeune fille du coin... Mais il est vite obnubilé par la mystérieuse locataire des Burack, Anna Blaise, dont la beauté et l'aura de mystère lui fait bientôt oublier les convenances. Qui est Anna? Voici une découverte que Travis n'était peut-être pas prêt à faire...

Premier roman de l'auteur de Spin, La cabane de l'aiguilleur est un livre qui semble plein de promesses: une petite ville perdue des Etats-Unis, des habitants un peu bornés, un héros largué et une mystérieuse inconnue... ça commence plutôt bien, même si l'on cherche en vain toute trace de science-fiction et de fantastique. Le style de Wilson est sans faille et il plante son décor de façon  magistrale. Hélas, il est beaucoup moins à l'aise avec des personnages, qui reste tout au long du récit de pâles figurines sans réelle consistance. Impossible de s'attacher à eux, ce qui est d'autant plus ennuyeux que, sans vouloir trop en dévoiler, l'intrigue "surnaturelle" repose plus ou moins sur leurs épaules. le verdict est donc sans appel: l'histoire bien que relativement courte semble s'éterniser  dès les cent premières pages alors que, paradoxalement, un plus long développement aurait rendu la narration peut-être plus intéressante. Ce n'est pas le pire livre de science-fiction que j'ai lu; ce n'est pas mal écrit et l'histoire n'est pas tirée par les cheveux. C'est seulement un peu ennuyeux et je me réjouis d'avoir lu Spin par le passé; je sais ainsi qu'il ne s'agissait que d'un galop d'essai et que, par la suite, Wilson est devenu un grand écrivain...

Partager cet article

Repost 0

commentaires