Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 12:31

L01.jpgGeorges-Guy Lamotte le dernier des socialistes

Fernand Bloch-Ladurie

éditions Aux Forges de Vulcain

2012

 

J'ai reçu ce livre en service de presse il y a maintenant près de six mois. J'avoue avoir lu la moitié du titre, m'être dit: "Ouh là, un ouvrage politique", l'avoir mis dans ma pile à lire et l'avoir laissé moisir quelques temps. Et puis, les vacances font bien les choses, j'ai avancé dans mes lectures en retard et je suis tombée dessus.

J'avoue. Sur le coup, je n'ai pas tilté. Certes le premier chapitre de cette biographie consacrée à un homme politique me paraissait un peu emphatique, le style très pompeux et je n'avais jamais entendu parler du dit socialiste en question, mais après tout je suis nulle en politique. A ma décharge, il était une heure du matin quand j'ai commencé à lire l'histoire de Georges-Guy Lamotte, enfant d'un marchand d'armes et d'une mère qui lui apprend à égorger les poulets et qui lui lit l'Apocalypse selon saint Jean tous les soirs avant de dormir. Oui, je sais : j'étais vraiment fatiguée. Au second chapitre ceci dit, le doute commence (enfin) à s'installer. Nous sommes le lendemain et il est toujours près d'une heure quand je lis comment Georges-Guy entre dans la Résistance via une boucherie et prend contact avec le maréchal Rognon ou le lieutenant Faux-Filet (mot de passe: "Je me ferais bien un steak"). Il s'illustre également en tuant un allemand estropié le jour de la Libération. "Euh... fait une petite voix dans ma tête, tu crois pas que là on se fout un peu de toi?" Aussi quand le lendemain matin, cette fois bien réveillée, je reprends le livre et que je lis le récit des amours de Georges-Guy avec une femme qui sera retrouvée "suicidée par étranglement", le doute n'est plus permis : il s'agit d'une fausse biographie. Retour sur la couverture; pour la première fois je me penche sur le nom de l'auteur et sur sa curieuse ressemblance avec celui de Le Roy Ladurie. Retour sur la quatrième qui explique les convictions de Lamotte "synthèse entre Karl Marx et Margaret Thatcher". Cette fois, j'ai carrément honte : comment ai-je pu être dupe ne serait-ce qu'un chapitre?

Vous l'avez maintenant compris vous-même : Georges-Guy Lamotte n'a jamais existé, pas plus que Bloch-Ladurie d'ailleurs, et la biographie que j'ai eu entre les mains est une parodie, plutôt drôle d'ailleurs. Ainsi, vous apprendrez entre autres que Lamotte est entré en politique après avoir photographié Guy Mollet dans un bordel, s'est lancé dans l'industrie minière en soumettant ses employés au régime des 4/48 ( (48 heures de travail non stop suivi de quatre jours de repos) qui deviendra le régime des 2/72 puis des 1/144. Lamotte sera également arrêté à de nombreuses reprises pour alcoolémie et vouera une tendresse suspecte à sa petite-fille de seize ans.

J'ai beaucoup ri devant cet ouvrage complètement allumé qui, sous ses dehors comiques, se montre satirique notamment lorsqu'il évoque Sciences-Po caractérisé par "son humanisme" ou les positions engagés de Lamotte qui, sénateur, refuse de se rendre physiquement au Sénat. Mais si Georges-Guy Lamotte, le dernier des socialistes est une satire du monde politique, il est aussi et surtout à mon sens une satire de la biographie historique en général qui, sous couvert d'objectivité, n'est généralement qu'un éloge pompeux et totalement de mauvaise foi de personnages pas toujours recommandables. En tous cas, c'est un bon moment de détente avec un style outrancier et pince-sans-rire qui vous arrachera, je n'en doute pas, de nombreux sourires.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires