Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 16:05

L02.jpgPartials

Dan Wells

éditions Albin Michel

2012

 

"La dystopie la plus passionnante depuis Hunger Games !" Il faut toujours se méfier de ce genre d'accroches, surtout quand c'est l'éditeur de la dystopie en question qui l'affirme. Mais, une fois n'est pas coutume, Partials, roman ado traduit depuis peu en français, est sans conteste une bonne surprise.

Nous sommes en 2076. Onze ans auparavant, les Partials, des êtres génétiquement modifiés et véritables machines de guerre ont décimé la quasi-totalité de l'espèce humaine grâce à un virus mortel, le RM. Les survivants se sont réfugiés sur l'île de Long Island  sous la tutelle d'un gouvernement  autoritaire et  ce pour se protéger de leurs ennemis bien qu'ils soient demeurés sans nouvelles depuis. Néanmoins, les rescapés ont un autre souci  car  le virus RM demeure sans antidote et continue de faire des ravages : depuis son apparition, aucun nouveau-né n'a survécu plus de trois jours et l'humanité déjà durement éprouvée risque de s'éteindre définitivement. Pour contrer ce péril, le Sénat a mis en place la loi Espoir, contraignant toute jeune fille de dix-huit ans et plus à tomber enceinte régulièrement. Cette loi n'est pas du goût de la Voix, une organisation rebelle qui lutte pour les libertés individuelles. La guerre civile n'est pas loin... Kira, jeune chercheuse en médecine de seize ans n'a qu'un objectif en tête : trouver un remède pour mettre fin à Espoir et, surtout, permettre à sa soeur adoptive Madison, enceinte, de mettre au monde un bébé viable.

Partials a un certain nombre d'atouts indéniables et le premier est sans conteste son héroïne. Hourra ! Kira a beau être une ado de seize ans, oh merveille, elle ne glousse pas ni ne s'interroge sur les méandres de sa vie sentimentale : faut-il rester avec le gentil et rigolo Marcus ou succomber au charme du ténébreux Samm ? Non, Kira se comporte comme toute personne ayant vu ses proches mourir à cinq ans et qui a ensuite grandi dans la terreur et l'insécurité. C'est une jeune fille de seize ans ayant vieilli trop vite et qui passe son temps dans les labos à essayer de trouver un remède au RM, un personnage sympathique, sérieux, pas forcément rebelle mais qui s'interroge sur le bien-fondé du gouvernement et sur ses méthodes. L'autre intérêt de Partials c'est son intrigue et les questions que le roman soulève : faut-il sacrifier l'intérêt individuel pour le bien commun ? La sécurité justifie-t-elle l''absence de libertés? Ce sont des thématiques intéressantes qui sont d'ailleurs traités avec finesse par un auteur plus subtil qu'il n'y paraît. Le seul reproche au fond que je ferai à ce roman pour ados de bonne facture, c'est sa construction un peu brouillonne. Dan Wells, craignant peut-être d'ennuyer son lecteur, multiplie les rebondissements et les situations critiques dès le début du récit, ne s'accordant à mon sens pas assez de temps pour planter le décor de son monde post-apocalyptique. C'est plutôt dommage car les quelques descriptions qu'il fait d'un New-York envahi par les animaux et la végétation sont assez réussis. Au final, j'ai tout de même passé un agréable moment de lecture et j'attends avec impatience la suite de l'histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires