Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 19:34

L01.jpgVoyage sentimental en France et en Italie

Laurence Sterne

éditions Rivages

(1767)


 

Partir... un peu beaucoup à la folie... Je ne sais pas  pour vous, mais moi je rêve de vacances. Alors, à défaut de pouvoir partir pour de bon, partons avec Laurence Sterne l'auteur de l'inoubliable Vie de Tristram Shandy dans un Voyage sentimental en France et en Italie. Sauf qu'en fait, Sterne n'écrira que sur la France et mourra avant de poursuivre son récit. Donc on va rester en France, pour nous c'est pas très dépaysant mais il faut ce qu'il faut et puis on aura de jolies descriptions de sites touristiques, du style carte postale du 18ème siècle, ce sera chou. Oui, mais attendez c'est de Laurence Sterne dont il est question, l'auteur qui a mis deux volumes à faire naître son personnage principal dans Tristram Shandy. Donc exit les cartes postales, dans Voyage sentimental en France et en Italie, point de descriptions, point de considérations sur les moeurs, point d'études sociologiques, point d'envolées lyriques sur la beauté des paysages... Euh en fait il y a quoi dans le livre de Sterne? Et bien, c'est du Sterne quoi: l'un des personnages de Tristram Shandy, le pasteur Yorick, décide de visiter la France et l'Italie; mais loin de s'extasier sur les monuments ou les sites, le narrateur préfère s'attarder sur des événements de son voyage qui peuvent sembler anodins aux amateurs  du genre: un âne mort sur le bord de la route, un franciscain venu demander l'aumône, un mendiant d'un genre un peu particulier, une séduisante voyageuse, une charmante servante, un valet pas très doué.... Le récit, enlevé, est plein d'humour et prend un malin plaisir à tromper les attentes d'un lecteur qui croyait avoir un portrait de la France et de ses habitants. Portrait certes il y a mais vu à travers le filtre du voyageur tour à tour cupide et candide, anglais jusqu'au bout des ongles et qui se définit comme un "sentimental", voyageur qui prend tout de même plusieurs pages pour nous expliquer qu'au fond voyager ne sert pas à grand-chose. Ce qui est le plus le fort dans ce texte de Sterne, c'est que jamais le cynisme ne prend le pas sur une légèreté volontaire. C'est ironique, jamais méchant. Il y a une certaine nonchalance dans ce voyage d'un homme qui se contente de traverser Calais, Paris, etc. en charrette et de tomber amoureux de toutes les femmes qu'il croise. Pas de polémiques, pas de grincements de dents, juste une moquerie gentille et quelques jolies scènes croquées sur le vif. Ce n'est pas un roman inoubliable certes. C'est seulement un roman qu'on traverse paisiblement, flânant au gré des incidents de l'histoire et des mésaventures (insignifiantes) de Yorick. Ceci dit, du fait de sa simplicité trompeuse j'ai préféré Voyage sentimental en France et en Italie à Tristram Shandy. Tristram Shandy me faisait l'effet d'un pudding, pas mauvais en soi, mais indigeste à haute dose; Voyage sentimental évoque plutôt une délicate crème anglaise parsemée de copeaux de chocolat à déguster par petits bouts. Ah zut c'est malin, j'ai faim maintenant. Allez, à défaut de pouvoir voyager, allons manger des chocolats justement et, avec du retard, bonne fête de Pâques à tous!

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires