Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 18:44

L01.jpgUne braise sous la cendre

Sabaa Tahir

éditions Pocket Jeunesse

2015

 

Belle semaine pour les éditions Pocket Jeunesse qui, après Cité 19, nous offre encore une fois une très jolie nouveauté, Une braise sous la cendre. Le résumé ne semblait pourtant pas non plus, à première vue, très alléchant : une civilisation scindée entre des oppresseurs, les Martiaux, et des opprimés, les Erudits. Les uns sont des soldats qui consacrent leurs vies à se battre, les autres des anciens lettrés réduits à l'esclavage. Il y a deux héros, Laia, l'esclave, et Elias, le soldat, dont on sait d'entrée de jeu qu'ils vont tomber amoureux même si tout les oppose. A priori rien de très original dans tout ça... Mais, très vite, dès le premier chapitre, tous nos préjugés s'envolent : d'une part parce que si l'histoire n'est peut-être pas nouvelle, elle est en revanche diablement bien construite : le récit centré à tour de rôle sur Laia et Elias s'enchaîne sans temps mort et réserve de multiples rebondissements inattendus. D'autre part, parce que les personnages sont très attachants : loin d'être caricaturaux, ils sont dépeints avec beaucoup de justesse et de sensibilité. Laia apparaît ainsi comme une trouillarde qui, par amour pour son frère, va tout faire pour surmonter ses peurs. Elias lui, loin d'apparaître comme un guerrier insensible ou, à l'inverse, comme un bellâtre niais, est dépeint comme un homme plein de doutes, tiraillé entre son désir de liberté et sa peur de perdre ses proches. Ce soin dans la psychologie des personnages s'étend jusqu'aux personnages secondaires : Helene (mon protagoniste préféré pour l'instant) Cuisinière et même Marcus, le "méchant" de l'histoire. Enfin, il me faut parler de l'écriture qui est plutôt belle, très poétique et contribue à donner vie à ce monde pas si manichéen qu'il n'y parait de prime abord. Si Sabaa Tahir s'adresse à un public adolescent (encore que, à mon sens, Une braise sous la cendre peut tout à fait s'adresser à des adultes) elle se refuse aux facilités narratives, donnant à l'histoire d'amour un rôle mineur pour mieux se consacrer à des thèmes moins vendeurs : la liberté et l'obéissance, le savoir ou l'ignorance, la notion même de Bien et de Mal, autant de thèmes qu'elle traite avec extrêmement de finesse. Non, vraiment, si vous aviez (encore) des préjugés sur les romans ados, c'est le moment de revenir dessus...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux
commenter cet article

commentaires