Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 11:36

L02.jpgPhobos 2

Victor Dixen

éditions Robert Laffont

2015

 

Retour à la série de Dixen : ceux qui n'ont pas lu le premier tome et qui désirent le faire sont priés de passer leur chemin pour ne pas se faire spoiler, merci !

Léonor et ses compagnons envoyés sur Mars par une émission de télé-réalité ont appris la terrible vérité : ils ont été manipulés et sont condamnés à court terme car les habitats sur la planète rouge semblent défectueux. Il leur reste deux alternatives : révéler la vérité au monde entier et faire demi-tour avec l'unique perspective de mourir de faim sur le chemin, ou descendre malgré tout sur Mars comme si de rien n'était en jouant le jeu de la production et de sa dirigeante Serena Mc Bee avec le faible espoir de trouver ce qui a causé la "panne" des installations...

On va commencer par le pire dans ce roman et ce sont incontestablement les dialogues. Non seulement tout le monde s'exprime pareil, que ce soit Serena Mc Bee, sa fille ou la serveuse au fin fond de la vallée de la Mort mais les dialogues sont ampoulés et artificiels au possible. Je soupçonne l'auteur de les relire à voix haute et de rajouter quelques adjectifs pour que ça rende mieux. Résultat, ce n'est absolument pas crédible, tout comme n'est pas crédible le manichéisme des personnages. En effet, si les candidats de Mars nous apparaissent plutôt bien travaillés, avec chacun leur part d'ombre et de lumière, Serena Mc Bee et ses comparses pourraient être des méchants de Disney tant ils sont diaboliques alors qu'à l'inverse, Harmony et Andrew font figure de jeunes premiers. Pour ma part, je crois que j'aurais préféré un ouvrage centré uniquement sur Léonor et son groupe : d'une part, cela aurait donné au roman un aspect huis-clos intéressant, d'autre part, cela aurait permis de donner à Serena Mc Bee une auréole de mystère qui lui fait complètement défaut.

Malgré ces sérieux handicaps, Phobos 2, tout comme le premier tome, se laisse très facilement lire. L'intrigue pour le coup est bien menée, Dixen prenant soin de ménager des coups de théâtre là où on ne les attendait pas (l'atterrissage, la tempête, etc.) et dosant soigneusement tout au long de l'ouvrage un certain suspens qui atteint son apothéose dans un final décoiffant, donnant envie au lecteur d'aller lire la suite. Le livre laisse donc un sentiment mitigé. Je lirai bien entendu la suite mais j'espère de tout coeur que l'éditeur se montrera plus rigoureux avec son auteur car c'est plus que dommage de voir une bonne histoire bien menée gâchée par un style plus que léger.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires