Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 09:22

L02.jpgReseau(x) t.1

Vincent Villeminot

éditions Nathan

2013

 

Depuis toute petite, Sixie, quinze ans, fait de mauvais rêves qu'elle transcrit sur la page "nocturne" de son réseau social, DKB, un endroit réservé aux cauchemars de tous les internautes. Le problème c'est que la plupart de ses cauchemars se sont révélés prémonitoires et c'est avec horreur que Sixie reçoit un jour sur son site la vidéo d'un meurtre qui ressemble trait pour trait à l'un de ses rêves. En parallèle, sur Internet, Cesar Diaz, qui se fait aussi appeler Nada#1, a créé un mouvement nommé "Play It For Real" qui incite ses admirateurs à reconstituer des jeux vidéos grandeur nature dans les rues de différentes villes européennes. Le jeu est pour l'instant sans conséquence car les armes sont fausses et les rassemblements bon enfant, mais, peu à peu, le mouvement prend de l'ampleur et transgresse les règles de sécurité. La police s'inquiète: Cesar Diaz est-il juste un potache un peu mégalo ou un terroriste en puissance?

Après la série Instinct, Vincent Villeminot revient avec une série encore plus sombre, cette fois centrée sur les nouvelles technologies. Réseau(x) a l'avantage de ne pas condamner Internet en bloc mais de s'interroger davantage sur ses dérives : les snuff-movies et l'étalage de la vie privée de chacun, l'isolement et un anonymat qui permet les pires horreurs. Qui plus est, et c'est bien agréable, l'auteur semble connaître un peu le sujet et ne se contente pas d'assener quelques poncifs moralisateurs sur les dangers des réseaux sociaux. Mais Réseau(x) est surtout un "cyber-polar" pour reprendre la quatrième de couverture, un roman sur une guerre aussi bien virtuelle que réelle. C'est très angoissant à lire, certaines scènes étant particulièrement stressantes car somme toute assez réalistes: meurtres sur Internet, gardes à vue qui finissent mal,brutalités policières, manifestations brisées par la force, cauchemars qui rôdent...  La force de Villeminot c'est sa capacité à solliciter notre imagination par des images saisissantes et des descriptions brèves mais efficaces. Sa faiblesse, car il y en a une, c'est de vouloir mêler trop d'intrigues et de personnages ce qui fait que le lecteur se perd un peu entre les internautes, les policiers, les lycéens et peut facilement décrocher de l'histoire. C'est dommage. A trop vouloir en dire, Réseau(x) perd un peu de sa force et aurait gagné à un peu plus de simplicité. Ceci dit, le roman reste quand même plaisant à lire et annonce ce qui sera sans doute une bonne série...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Palinoia 16/12/2013 11:37

Tout à fait d'accord avec toi ! Je m'attendais à détester et ne l'ai emprunté que parce qu'on en avait une bonne pilasse, mais finalement, j'ai vraiment accroché. Après, je me questionne sur la
capacité d'ados de 13-14 ans à attendre aussi longtemps que l'intrigue démarre (voire la mienne vu que je ne me suis rendu compte qu'à la fin qu'il s'agissait d'un tome 1...), même si j'ai eu
d'assez bons retour jusque là. L'avantage c'est qu'il attire beaucoup les parents par le côté "mise en garde des méfaits d'internet" mais n'est absolument pas moralisateur, et ça je pense que c'est
ce qui ne rebute pas les lecteurs !

beux 02/01/2014 19:46



Je l'ai offert à plusieurs personnes, pour l'instant je n'ai que de bons retours mais on verra bien ce que ça donne sur la série entière... Effectivement, on sent que l'auteur connaît Internet et
son univers et qu'il ne s'agit pas d'un livre moralisateur et gnangnan sur les dangers des réseaux écrits par quelqu'un qui n'a aucune expérience..



Jude 04/10/2013 10:16

J'ai beaucoup aimé ce roman. et j'ai vraiment apprécié son originalité, ce côté voyeurisme dérangeant. Tu vas peut-être sauter au plafond, mais l'atmosphère m'a un peu fait penser à BZRK.

beux 14/10/2013 14:21



Non, pour le coup je suis assez d'accord car moi aussi ça m'a fait penser à BZRK En revanche c'est Nathalie
qui a sauté au plafond car, autant elle a adoré BZRK, autant elle n'a pas réussi à rentrer dans Réseau(x)